Le lieu Unique Ecole Emile Pehant /
Nantes
2015 / Janvier CE2 / Sylvanne Sicard

A.I.M.E

correspondance1

La classe imaginaire

correspondance2

mot_enfant

En rentrant, j'étais...
étonné, joyeux, impressionné, intrigué, content, stupéfait, pressé, heureux, curieux, touché.

La petite voix m'a dit :
« Lève le doigt de toutes les façons possibles. »
« Vous allez vous séparer en trois groupes ». 
« Reste à ta table »
« Va au tableau »
« Va vers la danseuse que tu as rencontré dans le couloir »
« Touche ta table, essaie de trouver la matière de ta table. Frotte ta main dessus »
« Va vers le tableau, puis tape dessus comme si il y avait des mouches dessus »
« Va sur une croix jaune dans le fond de la classe et prends une longue vue pour observer ta classe »
« Trouve ton coussin et allonge-toi dessus »
« Va dans le couloir et donne ton casque au technicien »

Alors j'ai mis le casque, j'ai levé le doigt, je suis allé vers la danseuse, j'ai écouté la voix, je suis allé au tableau, je suis allé chercher de la rubalise, j'ai dormi, j'ai enlevé le casque et je suis sorti de la classe, je suis allé dans la salle à côté, j'ai parlé avec la danseuse, je suis revenu dans la classe... elle avait complètement changé !

J'ai vu la classe complètement transformée:
en cabane, volcan, tipi, toile d'araignée, lit à baldaquin , grotte...

C'était bien. C'était magique. C'était génial. C'était reposant. C'était incroyable.
Merci beaucoup !!!!!!

La classe de ce2 de Mme Sicard

mot_enseignant Sylvanne Sicard

En classe remue, chamboule, émeut.
En classe bouleverse les regards.

Regard de chacun sur des lieux pourtant familiers.
J’ai aimé voir leurs têtes étonnées en prenant place dans ce nouvel espace, s’interrogeant du regard, l’air plutôt content.

Regard de l’enseignant sur ses élèves.
J’ai aimé les observer, prendre le temps pour cela, m’arrêter sur le visage de certains, les yeux fermés, hypnotisés par « la petite voix » (c’est ainsi qu’ils l’ont nommée), souriants, concentrés, amusés, détendus.
J’étais émue.

Regard des enfants sur l’enseignant.
Quel drôle de tableau que de voir la maîtresse allongée par terre, la tête sur un coussin ! Et dans la classe en plus !
Puis en sortant un élève m’a demandé gentiment: « Et toi, maîtresse, est-ce que tu es redevenue un enfant pendant le spectacle ? »

Regard des enfants sur les autres, sans doute... car je n’ai pas tout vu, ni tout entendu...
Je me souviens de leurs réactions, à chaud.
« Et bien ça alors, je peux dire que ça sera un grand souvenir que j’oublierai pas ! »
« J’étais comme chez moi. »
« J’étais comme dans un rêve. »
« Je me suis évanouie... mais dans ma tête !!! »

Dur de remettre les chaises et les tables comme avant.
D’ailleurs, elles ne le sont plus vraiment, comme avant !